loading

A la fin de la renaissance commence à apparaître en Europe des meubles à usage unique,  puis au milieu du XVII sous l’époque Louis XIII l’essentiel des meubles est constituée par des coffres de rangement, des dressoirs pour la vaisselle courante ou d’apparat, de tables, de chaises et de fauteuils. Dès Louis XIV le meuble se spécialise, on voit alors apparaître les armoires de rangement, les commodes, les buffets, les consoles, les chevets, donc des meubles à usage spécifique,  la multiplication de ses meubles est une particularité de la culture française et italienne qui se propage à toute l’Europe de cette époque.

Les plus belles pièces s’ornent de bronze et d’écailles de tortue ce sont celles  d’André Charles Boulle apparu à la fin du XVII ième siècle sous Louis XIV, mais également les tapisseries ornementales des Gobelins et d’Aubusson (manufactures royales ayant produit led plus grands chefs d’œuvres ). Les orfèvres les plus réputés étant François Germain sous louis XIV et Juste Aurelle Maissonnier sous Louis XV. L’estampille est une invention du XVIII ième siècle, les grands ébénistes de l’époque étant soumis à une taxe ils apposaient alors une marque sur les meubles réalisés, la jurande du  maître ébéniste. 

Les marques apposeés sur les meubles par les fabricants  perdurent jusqu’à la fin de la III ième république soit avant la deuxième guerre mondiale.

Ainsi après le premier empire et ses grand ébénistes  comme  Georges Jacob suivent au milieu du XIX ième siècle de nouveaux artisans  comme Diehl, Sormani, que l’on retrouve jusqu’aux années 1930 avec les grands ébénistes du faubourg Saint Antoine à Paris, comme François Linke, Burdeley et Henri Dasson.

2017 © Agence Mediaboost Bayonne